• PSDVA - Prévention, suivi et défense des victimes d'agressions - Association Loi 1901

Qui sont les victimes de viol en France ?

Dans notre beau pays, les victimes de viol et/ou d’agressions sexuelles sont diverses, et nous les retrouvons dans toute la sphère professionnelle et familiale. Il y a de grandes chances que dans votre cercle familiale, dans vos amis, dans vos collègues de travail, il y ai au moins une victime d’agression sexuelle. Cela peut être une femme, un homme, un enfant.

En 2017, Marie Pierre Rixain, Députée de l’Essonne déclarait qu’en France il y aurai 250 000 victimes de viol ou de tentatives de viol. A cela s’ajouterait les victimes d’agressions sexuelles et donc des viol requalifiés en agression.

Ce chiffre inclurait 93 000 femmes, 15 000 hommes et 150 000 mineur-es.

Pour nous, ce chiffre est en deçà de la vérité car en effet à ce jour, même si le nombre de femmes qui ose parler est en hausse, le cas des hommes et des mineurs reste compliqué.

 

 

Quid des hommes victimes d’agressions sexuelles ?

Les agressions sexuelles sont diverses et variées, en effet on considère qu’une tape sur les fesses est une agression sexuelle. Dans la réalité, les hommes ne portent que rarement plainte pour ce cas, et lorsqu’ils le font c’est en général classé sans suite.

Si nous parlons par contre d’hommes agressés lorsqu’ils étaient mineurs, c’est une toute autre histoire. Que ce soit une agression sexuelle, une corruption, ou un viol, dans 50 % des cas ce sont des garçons qui sont victimes, mais seul une partie des victimes osent parler, et lorsqu’ils le font ils sont en général majeurs.

Les jeunes filles sont en général un peu mieux prises au sérieux lorsqu’elles osent parler, malheureusement beaucoup restent encore dans le silence.

Trop de silence, quel est le risque ?

Lorsque les victimes restent sous silence, elles souffrent, en général jusqu’à ce qu’elles parlent ou à vie pour celles qui décident de rester silencieuses toute leur vie, et il y en a.

Une partie des victimes silencieuse parviendra à réussir sa vie, c’est évident, mais ce nombre reste faible. En général les victimes qui gardent le silence changent, leurs vies sont brisées, et pour certaines victimes, c’est un état de mort psychologique qui les représente le mieux.

Cet état ou l’on à l’impression d’être mort à l’intérieur, ou la joie de vivre n’est qu’une façade ou un mensonge.
Ces victimes qui n’arrivent pas à se reconstruire, car elles n’ont personne à qui parler, qui ne savent pas quoi faire, et/ou qui sont totalement perdues, c’est là que nous intervenons.

Rôle de l’association

L’association à pour premier objectif d’être à l’écoute. Les victimes dans le silence doivent savoir que nous pouvons les écouter et les aider. Sans aucun jugement, sans les forcer à faire quoique ce soit. Nous les accompagnons, et les aidons du mieux que possible pour trouver la voie, non pas de la guérison, mais du mieux-être.

Pour certaines personnes, un suivi psychologique suffira, ou psychiatrique pour d’autres. Certains auront besoin d’aller plus loin, en lançant des poursuites judiciaires contre leur-s agresseur-s. C’est très souvent une première étape pour se reconstruire, car c’est là que l’on se considère, pour certains pour la première fois, victime. Et c’est important de se considérer comme une victime. Vous n’êtes coupable de rien, simplement vous prenez conscience de ça, et vous avancez.

Nous vous aidons à avancer, par le biais d’avocats spécialisés, et plus encore, et nous vous accompagnons tout le long de vos démarches.

L’objectif final est de condamner les violeurs et agresseurs, de diminuer le nombre de victime, et d’aider les victimes à avancer dans un monde meilleur.

Les victimes de viol et agressions en 2019*

*Estimation basée sur les différentes statistiques

Hommes

Femmes

Enfants

Total

16K
95K
155K
266K